Dieudonné a été condamné
à 5.000 euros d'amende pour "incitation à la haine raciale"
en raison de déclarations visant les Juifs
dans le Journal du dimanche en 2004

10 mars 2006

 

 

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné vendredi 10 mars 2006 l'humoriste Dieudonné M'Bala M'Bala à 5.000 euros d'amende pour provocation et incitation à la haine raciale. En février 2004, l'humoriste avait comparé les juifs à des négriers.

Dans un entretien accordé au "Journal du Dimanche" publié le 8 février 2004, Dieudonné avait notamment déclaré à propos des gens qui l'avaient insulté lors de son spectacle du 5 février: "Ceux qui m'attaquent ont fondé des empires et des fortunes sur la traite des noirs et l'esclavage".

Ni Dieudonné ni ses avocats n'étaient présents à la lecture de la décision. L'humoriste a encore la possibilité de faire appel. La 17e chambre du tribunal correctionnel a estimé que "sous couvert de stigmatiser ses détracteurs, (Dieudonné) désigne à la vindicte les juifs, en les assimilant à des marchands d'esclaves qui auraient bâti des fortunes sur la traite des noirs, ayant ainsi tiré profit d'un crime contre l'humanité". Dieudonné avait qualifié ses opposants de "négriers reconvertis dans la banque, le spectacle et aujourd'hui l'action terroriste qui manifestent leur soutien à Ariel Sharon". Le tribunal a considéré que l'expression utilisée par Dieudonné, "reconvertis dans la banque et le spectacle", est "directement inspirée de l'imagerie antisémite". Il a également jugé que l'humoriste se livrait à des amalgames en "recourant à des stéréotypes antisémites qu'il mélange et n'hésite pas à actualiser de manière singulière -le négrier enrichi, le banquier, le militant sioniste, le terroriste soutenant Ariel Sharon".

"C'est un point d'arrêt à cette démarche de provocation. Dorénavant, il devra prendre garde à l'impact que peut avoir ce genre de déclarations sur des personnes vulnérables. L'humour ne peut pas être un alibi", s'est félicité Me Jean-Claude Cohen, avocat de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF).

Une analyse qui rejoint celle du tribunal pour qui le "prévenu ne saurait sérieusement se prévaloir de l'humour pour justifier les déclarations de telle nature".

"C'est une très très grande victoire, c'est important pour la condamnation du racisme en général" a déclaré Me Patrick Klugman, avocat de SOS-Racisme. "Cette décision est du même ordre que celle rendue contre d'autres leaders racistes", a-t-il ajouté. Les magistrats ont estimé que les propos tenus par l'humoriste, plusieurs jours après que son spectacle ait été perturbé, "ne sauraient trouver une justification liée à l'émotion du moment".

L'humoriste devra verser un euro de dommages et intérêts à 5 associations, dont la LICRA (Ligue internationale contre la racisme et l'antisémitisme), l'UEJF (Union des étudiants juifs de France), SOS-Racisme, Avocats sans Frontières, et le Consistoire central. Le tribunal a également ordonné la publication du jugement, au frais de l'artiste, dans 4 quotidiens et un hebdomadaire. Poursuivis à plusieurs reprises pour ses propos controversés, Dieudonné a toujours été relaxé, soit en première instance, soit en appel.