Peut-on vraiment tout dire sur son journal personnel en ligne?
La Ville de Puteaux attaque en justice l'un de ses habitants
__________________________________________________________________

 

Pour la première fois, un blogger est jugé pour diffamation. Le 21 juin, Christophe Grébert, 36 ans, doit comparaître devant la 17e chambre correctionnelle du tribunal de Paris, spécialisée dans les délits de presse.

Au lendemain de l'élection présidentielle du 21 avril 2002, cet habitant de Puteaux (Hauts de Seine), créateur de sites Internet, a lancé MonPuteaux.com, un blog d'informations locales.

Véritable phénomène de société, le blog (ou weblog) est une nouvelle génération de sites internet interactifs. Le blog est un espace de libre expression qui vous permet, sans aucune connaissance technique de publier vos idées, votre actualité, sur internet et de recevoir presque instantanément l'avis de vos lecteurs. Dès que vous avez quelque chose à dire, sur un sujet qui vous touche, vous amuse, vous choque, si vous voulez partager votre savoir, vos passions, le blog est là.

Le blog est donc, par définition, partial et subjectif. Dès lors peut-il être condamné pour diffamation ?

Sur le blog, que l'on soit journaliste, adolescent ou employé, pas besoin d'autorisation pour s'exprimer. Un salarié a tout à fait le droit de parler de son entreprise sur son blog. Cependant, il est tenu au secret professionnel. Il ne doit pas non plus la dénigrer. Le salarié a une obligation de loyauté.

Le cas de l'Américain Michael Hanscon est significatif. Cet ingénieur a été licencié par Microsoft car il avait publié des photos de la livraison de palettes d'ordinateurs de la marque Apple au siège de son employeur avec pour commentaire: "même Microsoft veut des G 5".

En France, certains blogs de collégiens ou de lycéens ont dérapé, affichant des photos de professeurs et des commentaires injurieux. A Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise), trois adolescents du collège Henri-Matisse ont ainsi été renvoyés définitivement pour avoir insulté un professeur sur leur blog. A Nancy (Meurthe-et-Moselle), en décembre 2004, cinq lycéens ont été sanctionnés après avoir diffusé une photo du postérieur d'un enseignant. La cible peut aussi être les camarades de classe. En mars 2005, un collégien de Chamalières (Puy-de-Dôme) a été expulsé pour avoir traité, sur son blog, ses camarades de "petits péteux", "brochettes de poulet" et autres.

Le blog est placé sous la seule responsabilité de son auteur, responsable également des propos tenus par ses visiteurs. Dès lors que le site a un caractère public, c'est-à-dire qu'il peut être vu par une personne extérieure, inconnue et imprévisible, la loi sur la presse du 29 juillet 1881 s'applique.

La diffusion de propos diffamatoires ou injurieux est punie d'une amende de 12 000 euros.